Biographie

MARION-HANSEL-OCEAN-corr

De nationalité belge, Marion Hänsel est née le 12 février 1949 à Marseille (Bouches-du-Rhône, France).

Auteure-réalisatrice, productrice et comédienne, elle s’est produite dans divers théâtres d’avant-garde bruxellois avant d’entamer une carrière de réalisatrice de courts et de longs métrages. Autodidacte et volontaire, Marion Hänsel exporte la Belgique au quatre coins du continent.

Élue « Femme de l’année » en Belgique en 1987, elle fait partie de cette génération de réalisateurs qui ont permis d’universaliser le cinéma belge en abordant des sujets touchant l’inconscient de tous les peuples.

Marion Hänsel a grandi à Anvers. La réalisation n’est pas une vocation pour Marion qui envisage plutôt de devenir comédienne. Très tôt, elle se passionne pour le théâtre et entre, en 1967, à l’Institut des Arts de Diffusion (IAD). Mais le type d’enseignement, composé d’une multitude de cours théoriques, ne lui convient pas. Elle passe alors une audition au Théâtre des Galeries et au Théâtre des Quatre Sous et apprend le métier sur le tas, en jouant. Pour se rapprocher du cinéma, elle part ensuite à New York pour suivre les stages de l’Actor’s Studio de Lee Strasberg. De retour en Europe, elle entre à l’Ecole du Cirque d’Annie Fratellini à Paris. Elle écrit alors « Équilibres », un court métrage qui lui permettra de faire ses gammes de réalisatrice. Elle crée sa société Man’s Films en 1977, dans le but de réaliser ce court-métrage. En 1982, Marion Hänsel réalise son premier long métrage, « Le lit », d’après un roman de Dominique Rollin. Ce film grave, fort, dur, maîtrisé et empli d’émotion ne remporte pas un énorme succès commercial, mais est couronné par le Prix Cavens, meilleur film belge. En 1983, naît son fils Jan.

Marion deux ans plus tard, adapte « Dust », le roman du Sud-Africain J.M. Coetzee qui gagnera le Prix Nobel de Littérature en 2003. Le film, dont les personnages principaux sont interprétés par Trevor Howard et Jane Birkin, obtient le Lion d’argent à Venise (premier film belge couronné à ce Festival) et remporte un succès international. En 1987, elle réalise « Les Noces barbares », une adaptation de l’ouvrage de Yann Queffelec, prix Goncourt 1985. La même année, Marion Hänsel est élue « Femme belge de l’année » et devient Présidente de la Commission de Sélection des Films de la Communauté française de Belgique, une fonction qu’elle quitte rapidement pour y revenir entre 1996 et 1997 et en 2002. Ensuite viennent « Il Maestro » en 1989, « Sur la terre comme au ciel » en 1991, « Between the Devil and the Deep Blue Sea » en 1995 (sélectionné en compétition officielle au Festival de Cannes), « The Quarry » en 1998, Grand prix des Amériques à Montréal, ou encore « Nuages: lettres à mon fils » en 2001. Ce dernier, véritable ode à la terre et à la vie, comporte une profonde dimension écologique.

En 2006, elle réalise un film tourné dans les déserts de Djibouti « Si le vent soulève les sables ». Son dernier film « Noir Océan » se passe sur un navire de la Marine française dans le Pacifique.